Poult, une organisation agile qui fonctionne : entretien avec Maria Condez

Maria Condez

Maria Condez est assistante R&D sur le site de Montauban et était opératrice de production

Pouvez-vous vous présenter, décrire votre parcours, vos missions et depuis quand êtes-vous dans l’entreprise ?

“Je suis dans l’entreprise depuis 1998. Je suis rentrée en intérim, en tant qu’opérateur sur ligne. En étant en intérim, j’ai pu faire différents postes. Puis on m’a proposé une formation pour être machiniste sur l’emballage de biscuits. J’ai été machiniste pendant 5-6ans.

Avec la nouvelle organisation, pour être plus autonome sur la ligne de production, j’ai eu une: proposition pour m’orienter en qualité. J’avais pour mission de vérifier la conformité sur ligne : vérification des emballages, des produits, contrôles sur la qualité, l’humidité ou la couleur des biscuits etc.”

S’agissait-il d’une formation classique ? Est-ce que les formations sont souvent proposées chez Poult pour faire des changements de postes ?

“Ce poste s’est créé au moment de la réorganisation de Poult pour être plus autonome. Ce qui veut dire que chaque ligne avait son opérateur qualité. Avant, s’il y avait un souci sur ligne, il fallait aller au laboratoire, appeler la personne responsable. Cela demandait plus de temps pour intervenir et réagir au problème.

Pour donner un exemple, une fois, la couleur des biscuits ne correspondait pas aux critères de qualité. Le temps de prévenir la personne concernée et que celle-ci intervienne, les biscuits étaient déjà emballés sur 5 ou 6 palettes. De ce fait, on devait vérifier la qualité de certains biscuits produits pris un peu au hasard, si elle était ok on débloquait la ligne sinon, selon le problème, soit on recyclait les biscuits (refourrage d’autres produits) ou on faisait des dons à des associations. Il y a très peu de pertes chez Poult.

La nouvelle organisation a donc permis d’augmenter l’autonomie sur ligne, de gagner du temps et de gagner surtout en réactivité ce qui a permis de réduire les problèmes sur ligne.

Il y a 4 types de postes d’opérateurs :

  • qualité
  • maintenance
  • planning
  • animateurs.

Les animateurs gèrent le personnel : ils font remonter le besoin de personnel supplémentaire (intérim etc.).”

Ca va faire 18 ans que vous êtes chez Poult, est-ce que le personnel a tendance à rester longtemps chez Poult ?

“Les personnes sont très contentes de rester chez Poult, de part la nouvelle organisation. Les employés souhaitent rester et se sentent bien chez Poult. De même, les nouveaux arrivants sont contents d’intégrer Poult.

Nous travaillons directement avec une agence d’intérim, avec un agent qui est intégré au sein de Poult et qui gère le personnel. S’il y a un besoin supplémentaire de personnel pour la semaine, il y un point tous les jours entre les animateurs et l’agence pour définir le nombre d’intérimaires nécessaires.

Justement, nous souhaitions savoir la place des réunions au sein de Poult, à quelle fréquence faites vous des réunions ? Intrapôle ? Interpôle ? Comment sont elles organisées ?

“Il y a beaucoup de réunion, de durée assez courte, inter-équipes et avec les autres équipes également.

Par exemple, il y a les réunions dites “spack” qui ont lieu tous les jeudis pour améliorer la ligne de production, dans la lignée du lean management et management visuel (utilisation de code couleur pour un problème etc.). Une personne de chaque ligne est représentée et il y a également le directeur de l’usine. Chacun amène son tableau pour parler des problèmes techniques ou autres types comme un problème au sein d’une équipe, rencontrés sur sa ligne.

Les employés peuvent faire remonter des demandes concernant l’amélioration de leur poste, si la demande est réaliste, elle est acceptée.”

Nous avons entendu parler de la Poult Academy, l’organisme de formation de Poult, pouvez-vous nous en parler ?

“Moi je n’ai pas eu recours à la Poult Academy mais ça été le cas d’un certain nombre de mes collègues. Des opérateurs ont aussi participé à de nombreuses formations même à l’extérieur, en Allemagne par exemple mais aussi d’autre pays à l’étranger et on eu après des certifications.”

Avez-vous déjà été confrontée à des conflits ? Comment sont-ils gérés chez Poult ?

“Cela va dépendre du type de conflit. très souvent, le conflit est réglé rapidement avec l’animateur. Au niveau de l’organisation, nous sommes divisés en 4 équipes avec un animateur par équipe qui va la manager. Lorsqu’il y a un conflit ou un problème, cela remonte à l’animateur. S’il ne peut pas le régler, cela va être remonté aux Ressources Humaines.”

Pouvez-vous nous expliquer votre changement de poste : de opératrice à assistante R&D ?

“J’étais opératrice de ligne puis j’ai commencé à faire des remplacements de collègues au laboratoire dans le cadre de congés maternité. J’ai fait le choix de faire ces remplacements et j’ai eu la liberté de le faire. J’ai été formée sur les contrôles qualités. Au début je faisais uniquement des remplacements et il y a deux ans, il y a eu une création de poste : assistante R&D.”

Comment est organisée la R&D chez Poult ?

“En R&D, il y a 4 ingénieurs que j’assiste avec une autre collège aussi. Je gère plus la partie nouveaux produits et elle va gérer les produits déjà lancés et va s’occuper d’envoyer par exemple des échantillons aux commerciaux pour nos clients etc. Il y a de nombreux essais au laboratoire. Nous sommes équipés d’une ligne pilote. Si nous souhaitons essayer un nouvel arôme ou un nouveau fourrage, on le fait sur la ligne pilote. Si cet essai est concluant, on passe aux lignes de productions. Avant, il n’y avait pas de pilote au laboratoire et lorsque nous souhaitions tester une nouvelle formule, nous devions le faire sur une ligne de production et donc arrêter une ligne pour faire un essai. La création de la ligne pilote a donc permis d’arrêter la suspension des lignes de production.”

Comment sont répartis les projets au sein de la R&D ? Travaillez vous tous simultanément sur le même projet ?

“Chaque ingénieur a son projet réparti par famille de produit : les tartelettes, les fourrés, les barquettes et la nouvelle ligne : les batonnets. La dernière ingénieure va gérer le flux, les expéditions, les micro-ingrédients etc. Il y a de l’entraide entre chaque équipe et elles sont en open space donc la communication est assez ouverte entre chacunes des ingénieures.”

Comment se fait la communication entre les pôles ? Logiciel, mail ? Et au sein d’un même pôle ?

“La communication entre nous ou avec les autres équipes se fait souvent par mail. On a également un petit logiciel de messagerie instantanée qui permet de savoir qui est en ligne ou indisponible et on peut discuter comme un chat, aussi instantannémment que des textos. C’est très utile pour discuter entre le siège et les usines qui ne sont pas localisés au même endroit.”

Avez-vous des événements d’organisés pour vous réunir, vous rencontrer, vu que le siège, placé à toulouse, n’est pas situé au même endroit que les usines ?

“Les ingénieurs vont régulièrement au siège à Toulouse, une à deux fois par semaine, pour assister à des réunions. Je vais moins qu’elles au siège. On communique également par visioconférence entre chaque usine (Montauban, Bretagne, Landes).”

A qui faites-vous vos demandes de congés ? Qui donne l’accord ?

“Ca se passe très bien chez Poult, on est assez libre, c’est à nous de gérer notre travail . Si je vois que j’ai une semaine assez chargée, avec beaucoup de travail, je ne vais pas prendre de jours. Mais si la semaine suivante, j’ai un peu moins de travail et que les projets sont bien avancés, je vais poser un jour ou deux, cela va dépendre des heures accumulées. Les congés sont bien gérés au sein de Poult, par contre on fait attention de ne pas partir en même temps avec ma collègue assistante R&D. Chaque personne va rentrer soi-même ses heures de pointage, ses congés, ses RTT, ses heures supplémentaires. Il y a une liberté et une autonomie.”

Pouvez-vous nous expliquer l’organisation en interne qui diffère des autres entreprises ?

“Les opérateurs sur ligne se gèrent eux-mêmes : ils vont faire les plannings et gérer les équipes.

L’opérateur planning va avoir une réunion par semaine pour gérer le planning de la ligne de production et décider quand tel produit va être produit et sur quelle ligne en prenant en compte les spécifités de lavage entre chaque production, en faisant attention aux risques d’allergènes etc. Il va modifier le planning en fonction de la gestion des lignes, il va avoir un oeil expert et donc améliorer la production pour ne pas avoir trop de changements sur les lignes afin d’optimiser la production. Il va également faire remonter des points pour améliorer la semaine pour qu’il y ait moins d’arrêt de ligne.”

Si vous deviez donner des pistes d’améliorations au sein de Poult, qu’elles seraient-elles ?

“L’organisation avec l’agence d’intérim pourrait être améliorée. On a créé cette agence au sein de Poult il y a 4 ans. Le problème c’est qu’ils forment des personnes pendant 18 mois (date maximale) puis les personnes doivent s’en aller, car il n’y a pas d’embauche actuellement chez Poult. Les collègues sur ligne doivent les former mais ça leur prend du temps. C’est dur, niveau humain, d’avoir une personne compétente mais qu’on ne peut pas garder. Des fois, il y a des départs à la retraite, donc là on va pouvoir rappeler et recruter des anciens intérimaires.

Sur le côté humain c’est difficile, car on va s’attacher aux intérimaires et après ils doivent partir. L’agence fonctionne comme cela pour laisser la place à tout le monde.

Cela a déjà été remonté mais ça ne peut pas être modifié car c’est le fonctionnement avec l’agence.”

Nous vous remercions de nous avoir accordé votre temps.

Partager cet article

Leave a Comment